“J’ai eu envie de valoriser et de faire connaître le personnel administratif hospitalier” – Nicolas Delmas, DRH

Nicolas Delmas est DRH de l’Hôpital Bichat (AP-HP), établissement pluridisciplinaire qui regroupe plus de 4200 agents hospitaliers. Début septembre, il lance le compte instagram @Coulisseshospitalieres et partage le quotidien d’une direction des ressources humaines. Rencontre.

Pourquoi avoir créé ce compte ?

Je suis d’abord parti d’un constat : les métiers administratifs au sein d’un hôpital sont souvent méconnus et leur légitimité parfois remise en question. Quand on dit “RH”, on pense tout de suite au DRH mais peu à l’ensemble des services qui travaillent à mes côtés. Et pourtant ils sont essentiels dans la vie d’un hôpital et pour nos professionnels : formations, paies et carrières, maladies professionnelles, recrutement, mobilité, prévention en risques santé, service social, crèche hospitalières, secrétariat…. au total, près de 600 agents administratifs et techniques œuvrent au quotidien au sein de l’Hôpital Bichat. Tous ces services sont en contact direct avec les soignants du service de proximité RH aux agents de la restauration.

Ma volonté en créant le compte Instagram @Coulisseshospitalieres est donc de mettre en lumière le quotidien d’une direction des ressources humaines dans sa globalité et sa diversité, ainsi que sa proximité avec les autres services et équipes.

Pour lancer ce compte, je me suis appuyé sur ma communauté Twitter via un sondage pour trouver le nom du futur compte Instagram. En m’appuyant sur cette communauté, de soignants, d’administratifs, le compte a été lancé, et a atteint plus de 300 abonnés en une journée. Le besoin de découvrir l’envers du décor de la DRH était donc bien présent !

Quels retours avez-vous eu depuis la création de ce compte ?

Au commencement, je visais surtout un public interne et essentiellement les soignants, comme les infirmiers et les médecins, de l’Hôpital Bichat Claude Bernard. Mais je me suis rendu compte que le compte attirait aussi des personnes externes, curieuses d’en savoir plus sur les coulisses d’un hôpital.

Les retours sont très positifs, les administratifs se sentent valorisés et les soignants comprennent maintenant beaucoup mieux notre quotidien. À la fin d’une réunion, une infirmière m’a même dit : “j’ai plus appris en 10 jours sur votre compte qu’en 12 ans à Bichat” ! Et ça c’est une victoire. Il y a un besoin évident et je pense que l’on a réussi à sortir de l’image floue et même parfois inquiétante de la DRH.

On parle beaucoup d’épuisement professionnel, d’absentéisme, voire de perte de sens pour les soignants.. comment vous êtes vous adaptés à la crise et quelles actions mettez-vous en place ?

Même si l’on ressentait déjà ce besoin avant la crise, les soignants recherchent effectivement de plus en plus de sens dans leur travail ainsi qu’une meilleure qualité de vie au travail. Nous avons mis en place quelques actions “bien-être” durant la crise. Aujourd’hui, nous pérennisons ces initiatives avec un parcours détente au sein de l’Hôpital Bichat en proposant des massages par des kinésithérapeutes de l’hôpital par exemple.

L’Hôpital Bichat est le premier établissement français à avoir accueilli un cas Covid en début d’année, on a donc été très vite au cœur de la crise. Le bilan après ces quelques mois intenses est plutôt positif. Le crise a été bien gérée, nous n’avons pas été débordés par la situation et nous avons eu plus de recrutements que de départs après la première vague. Nous avons également organisé une enquête auprès des personnes venues en renfort, l’intégration a été bonne, certaines nous ont même rejoints ensuite.

D’après vous, comment le métier de DRH va évoluer dans les prochaines années ?

Un des rôles importants du DRH est d’être à l’écoute des gens et de garder un lien de proximité. Donc je pense que ça, ça restera notre mission principale dans les prochaines années et qu’il est nécessaire que l’on soit sur place pour pouvoir être aux côtés des équipes.

Ce qui va changer par contre, ce sont les attentes des candidats dans les recrutements. Avant, le premier critère était le prestige de l’établissement, maintenant c’est plutôt l’ambiance des services. Comme la qualité de vie au travail est de plus en plus importante, les candidats recherchent des services où ils vont être bien intégrés. D’ailleurs, nous n’avons pas de problème de recrutement dans les services où l’ambiance est bonne, le bouche-à-oreille fonctionne très bien !

Du coup, en tant que DRH, nous allons devoir adapter notre communication à ces besoins, en étant transparents et plus modernes. Il est important que l’on s’adresse directement à eux, sur les réseaux qu’ils ont l’habitude d’utiliser au quotidien.

Pour découvrir le compte @Coulisseshospitalières, cliquez ici

Contactez-nous 03 20 16 38 68 Envoyer un email Découvrir nos solutions
Simplifiez la gestion de vos remplacements Découvrez Teamsquare