Les praticiens hospitaliers et hospitalo-universitaires sont toujours plus nombreux

capture-decran-2016-12-02-a-16-10-06Publié le 08.09.2020 par Clémence Nayrac
Article Hospimedia

Le CNG a publié les données 2020 concernant les effectifs de praticiens hospitaliers (PH) et hospitalo-universitaires (HU). Il recense de moins en moins de temps partiels chez les PH et de plus en plus de femmes. Chez les HU, des disparités demeurent. Ces deux corps présentent aussi des soldes positifs avec plus d’entrées que de sorties.

 

Le nombre de PH et de HU a augmenté depuis 10 ans. De plus en plus de praticiens sont des femmes. (Chassenet/BSIP)

La fonction publique hospitalière (FPH) compte, au 1er janvier 2020, 44 922 praticiens hospitaliers (PH) et 6 398 hospitalo-universitaires (HU) en exercice. C’est ce que révèlent les études sur les éléments statistiques concernant ces deux corps mis en ligne par le Centre national de gestion (CNG). Ces études, « au fil de l’eau », remplacent désormais la publication annuelle du rapport d’activité du CNG, comme annoncé en juillet (lire notre article).

Repère
Ces données sont extraites des bases de l’outil de gestion de hospitaliers (Sigmed), utilisé quotidiennement par le CNG. Elles permettent ainsi d’en savoir plus l’évolution des effectifs et leurs caractéristiques.

Plus de PH et à temps plein
Premier constat : en dix ans, le nombre de PH a augmenté de près de 12%, soit 4 758 professionnels de plus. C’est une évolution moyenne de 1,1% chaque année. Mais, si les PH à temps plein sont de plus en plus nombreux — soit 16,9% de la catégorie —, ceux à temps partiel ne cessent de diminuer depuis 2020. Le CNG note une baisse de 20% des temps partiels, soit un taux moyen annuels de -2,2%.

Plus largement, quel que soit leur temps de travail, un tiers des PH exercent en CHU ou CHR. Le CNG s’est intéressé aux spécialités représentées. En CHU et CHR, plus de la moitié des PH exercent en médecine (53%). Dans les CH, c’est également la médecine qui arrive en tête avec 52,2% des effectifs. À noter : en CH, 15% des praticiens sont des psychiatres. Les PH à temps partiel sont aussi légèrement plus âgés que ceux à temps plein, soit respectivement 51,2 ans et 54,4 ans. Il est également à noter que plus d’un quart des PH, soit 26,5%, à temps plein ou partiel, sont positionnés au 13e échelon.

En 10 ans, la profession s’est aussi féminisée. Le CNG note une progression de la part des femmes dans les effectifs, et ce quel que soit le statut du PH. Ces dernières sont plus jeunes en moyenne (49,2 ans) et aussi le plus souvent à temps plein 52,8%.

Des corps qui se féminisent de manière inégale

Côté HU, la hausse des effectifs est quant à elle mesurée sur deux ans, soit 1,5% entre 2018 et 2020. Le corps compte actuellement 4 372 PU-PH et 2026 MCU-PH. 97% exercent en établissement. Les PU-PH y sont majoritaires « et ceci dans chaque position statutaire, souligne le CNG, à l’exception des positions de délégation ou mission temporaire, souvent utilisées en mobilités des MCU-PH». La moyenne d’âge pour ce corps s’établit à 52,2 ans. Les PU-PH sont plus âgés : 54,7 ans en moyenne contre 46,6 pour les MCU-PH.

 

30,5% des HU sont des femmes mais une large majorité exercent en tant que MCU-PH.

Si les HU sont aussi un corps qui se féminise (30,5% de femmes HU), il faut, sur ce point aussi, distinguer les PU-PH des MCU-PH. Près de la moitié des MCU-PH sont ainsi des femmes, tandis que ce sexe ne représente que 22,2% des effectifs de PU-PH. Les HU exercent en grande majorité en médecine, soit 86,3%. Parmi eux, un tiers des effectifs concernent trois sections : cancérologie, génétique et hématologie immunologie (11,2%) ; développement et pathologie de l’enfant, gynécologie-obstétrique, endocrinologie et reproduction (10,4%) ; et biochimie, biologie cellulaire et moléculaire, physiologie et nutrition (9,5%). 73,7% des HU de médecine sont des PU-PH. Par ailleurs, 8,1% des HU exercent l’odontologie, et 5,6% la pharmacie. Et à l’inverse de la médecine, en odontologie, seuls 29,2% des praticiens sont PU-PH. La proportion s’équilibre en pharmacie.

Des dynamiques positives
Les PH et HU sont deux corps dynamiques. Depuis 2015, sur l’ensemble des PH, le solde entrées et sorties est positif. Il s’établit, pour 2019, à 1 223. Ils sont en grande majorité — 86,3% pour les temps plein et 79,6% pour les temps partiels — des lauréats nommés. 1 451 sorties ont tout de même été enregistrées par le CNG en 2019, soit 3,6% de l’effectif au 1er janvier de la même année. Cela représente 151 professionnels à temps plein et 244 à temps partiel, dont les deux tiers ont fait valoir leurs droits à la retraite. Le deuxième motif de sortie définitive du corps, pour les PH temps plein, est la démission. Elle concerne 16,8% des sorties en 2019. C’est une hausse de 2,4 points par rapport à 2018 mais un chiffre quasi stable par rapport à 2017 (16,1%).

Côté HU, 123 MCU-PH et 26 HU ont été nommés au cours de l’année 2019. Du mouvement est aussi recensé au sein même du corps : dix HU ont changé de position statutaire en 2019, soit 2,3% du corps. Le solde net des emplois du corps est, comme pour les PH, globalement positif, et en progression régulière. Au cours de l’année 2019, le CNG recense 350 entrées pour 183 sorties, soit un solde positif de 167 HU dont 137 MCU-PH. Les départs à la retraite représentent 89,6% des sorties et la démission 8,2% des sorties en 2019.

Liens et documents associés

 

 

 

Tous droits réservés 2001/2020 — HOSPIMEDIA

 

Contactez-nous 03 20 16 38 68 Envoyer un email Découvrir nos solutions
Simplifiez la gestion de vos remplacements Découvrez Teamsquare