« Des femmes en blanc » au 30 ans d’expérience: portrait de Carole, infirmière libérale

Ce mois-ci nous avons rencontré Carole, infirmière libérale depuis 30 ans, qui nous a partagé son expérience.

Une vocation

C’est enfant que Carole décide qu’elle sera infirmière. Pour elle c’était très clair, il n’a jamais été question de faire autre chose. Et c’est bercée par ses lectures « Des femmes en blanc » que Carole grandit et devient, comme prévu, Infirmière diplômée d’état.

Tout au long de sa carrière, Carole a continué de développer ses compétences, notamment grâce à de nombreuses formations : diabète, chimiothérapie, soins palliatifs, dialyse, plaies et cicatrisation, label Qual’Idel.
Elle a également obtenue sa licence GESSMS ( Gestion des structures santé / social) en 2017.

Elle a débuté par un cursus d’infirmière hospitalière pendant 3 ans puis à poursuivi son exercice en libéral avec le rachet d’une patientièle.

Des évolutions

Elle travaille aujourd’hui dans un cabinet de 7 IDE et exerce au sein d’une maison de santé pluriprofessionnelle. Une journée type débute par des visites de 6h15 à 13h, puis reprennent de 15h45 à 19h30/20h. Elle travaille un week-end sur deux avec 2 ou 3 après-midis de repos selon les semaines.
Au quotidien, elle pratique tous types de soins : pansements, prise de sang, injection, distribution de médicaments, etc.. et sur différents profils de patients. Des journées bien rythmées ! En effet Carole voit en règle générale une cinquantaine de patients par matinée, impossible de s’ennuyer.

Carole est actuellement en démarche pour intégrer le dispositif Asalée. Il s’agit d’un dispositif accessible aux infirmières qui leur donne l’autorisation de prodiguer ou prescrire certains soins, généralement réservés aux médecins, sur acte dérogatoire.

Lorsque nous l’interrogeons sur les avantages et les contraintes de ce mode de pratique, la réponse est claire, ce qui motive une infirmière au quotidien c’est l’humain, la relation à l’autre.
En revanche elle regrette de sentir parfois ce statut de moins en moins reconnu et respecté.
Autre point important, le travail de groupe. Selon elle, cela peut être une force, comme une faiblesse comme dans le partage des tâches par exemple.

Pour terminer, son conseil pour quelqu’un qui débute dans la profession ?
Ne pas compter ses heures !

Ces articles peuvent également vous intéresser