L’assistant médical, un nouvel acteur sanitaire

Dans la famille des professionnels de santé, on demande l’assistant médical. Ce petit nouveau a été intronisé officiellement le 18 septembre dernier, lors de la présentation du Plan Santé 2022 par Emmanuel Macron et Agnès Buzyn. Il aura pour fonction de seconder les médecins libéraux dans leur activité quotidienne et, par conséquent, d’augmenter le nombre de consultations. A l’horizon 2022, ce sont quelque 4000 postes d’assistants médicaux, présentés comme un moyen de lutter contre les déserts médicaux, qui devraient être créés.

Quel est l’objectif ?

Alléger l’activité quotidienne des médecins afin de leur libérer du temps médical : tel est l’objectif affiché de ce nouveau métier. A terme, le but est de désengorger les cabinets médicaux et d’accroître la qualité des soins et de la prise en charge des patients. De fait, les assistants médicaux auront en charge des gestes simples et des tâches administratives. Dégagés de cela, les médecins pourraient accepter plus de consultations, y compris sans rendez-vous en journée, et disposer de plus de temps pour des démarches de prévention.

Où et pour qui ?

Les premiers postes, créés dès 2019, seront déployés dans les quartiers prioritaires auprès de tous les médecins, en premier lieu desquels les généralistes et certains spécialistes pour qui des difficultés d’accès aux soins auront été identifiées. Ils seront répartis sur l’ensemble du territoire et soutenus financièrement par l’Etat. Les médecins souhaitant bénéficier des aides au financement des assistants médicaux doivent exercer dans un cabinet de groupe, être inscrits dans un exercice coordonné comme les CPTS et augmenter leur capacité d’accueil de patients.

Quelles sont les missions d’un assistant médical ?

Les assistants médicaux vont effectuer des tâches déléguées par le médecin mais n’exigeant pas de compétences médicales : secrétariat et facturation, accueil des patients, vérification des vaccinations et des dépistages effectués, phase de préconsultation (installation du patient, prise de tension, de température, de poids etc.) suivi médical, prise de rendez-vous chez des spécialistes… Pour rappel, les assistants médicaux existent d’ores et déjà dans les cabinets d’ophtalmologie, d’orthoptie, de dentisterie et de radiologie où ils effectuent ce type de gestes.

Comment devenir assistant médical ?

Pour le moment, il n’existe pas de formation spécifique au métier mais elle devrait durer un an maximum. Néanmoins, un budget de 420 millions d’euros dédié à « l’évolution des métiers et des formations » a été annoncé par le gouvernement. En outre, dans un premier temps, les aides-soignants, secrétaires médicaux et infirmiers pourront, s’ils le souhaitent, devenir assistants médicaux après avoir suivi une courte formation complémentaire en ce sens.

Quel sera le salaire ?

Le salaire d’un assistant médical n’est, à ce jour, pas encore connu.

Ces articles peuvent également vous intéresser