Zoom sur l’exercice en libéral

De plus en plus de professionnels se tournent vers l’activité en libéral. Travailler en tant que libéral peut paraître la solution idéale pour exercer avec plus de liberté. Mais cela implique également de nombreuses contraintes. Alors, avant de vous lancer, lisez bien la suite.

La liberté

Organisation de son emploi du temps, possibilité de se spécialiser : le professionnel libérale dispose de plus de libertés qu’un salarié. Pourtant, la liberté a ses limites.
Le choix du lieu d’exercice, par exemple, est soumis à des règles. L’implantation doit se faire en fonction d’un certain nombre de critères : démographie professionnelle, conditions économiques, population ou encore environnement sanitaire. Autrement dit, vous ne pouvez pas vous installer n’importe où ! Cependant, si vous décidez de vous installer dans un secteur géographique qui manque cruellement de professionnels de santé ou dans une zone franche urbaine, sachez que vous bénéficierez d’exonérations d’impôts et d’aides financières pour vous aider à démarrer votre activité. Parmi elles, on peut citer notamment :
– le Nouvel Accompagnement pour la Création ou la Reprise d’Entreprise (NACRE)
– l’Aide aux Chômeurs Créateurs (ACCRE)
– le Prêt à la Création d’Entreprise (PCE).

Dans le cadre du pacte « Territoire de santé », les Agences Régionales de Santé vous accompagnent dans vos démarches pour choisir votre lieu d’exercice.

Les obligations

En tant que professionnel libéral vous êtes soumis à de nombreuses obligations :
– avoir exercé au moins 24 mois au cours des 6 dernières années dans un établissement de santé (pour les infirmiers)
– faire valider votre diplôme auprès de l’Agence Régionale de Santé
– être rattaché à un local professionnel
– contracter une assurance Responsabilité Civile Professionnelle
– enregistrer votre activité libérale auprès de l’Assurance Maladie et de l’URSSAF.

Il vous faudra ensuite déterminer si vous souhaitez adhérer à la Convention Nationale des Infirmiers et être conventionné. Dans le cas contraire, vous pourrez appliquer des honoraires libres, mais vous devrez prendre en charge vos cotisations sociales.

Un projet coûteux

Local, matériel, aménagement du cabinet, trésorerie : s’installer en libéral coûte de l’argent. Même si vous pouvez bénéficier d’aides, il vous faudra échafauder un plan de financement solide pour qu’une banque accepte de vous faire confiance et vous prête de l’argent. À défaut, vous pouvez opter pour l’auto-financement ou le crédit-bail (mise à disposition du matériel professionnel en échange du paiement d’une redevance, possibilité d’acheter le matériel à la fin du crédit-bail).

De grandes responsabilités

Évidemment, tous les professionnels de santé ont de grandes responsabilités. Mais en tant que libéral, c’est votre responsabilité civile professionnelle que vous engagez. En cas de faute, vous risquez des sanctions plus importantes.

Le salaire

Les professionnels, qui exercent en libéral, perçoivent, en règle générale, des revenus plus importants que des professionnels salariés. La rémunération dépend essentiellement de l’ampleur de la clientèle, du nombre de rendez-vous et des actes effectués. Il est également important d’ajouter qu’exercer en libéral c’est accepter d’avoir de longues journées qui ne se terminent qu’une fois les tâches administratives effectuées.

Les tâches administratives

Le professionnel libéral dispense les mêmes soins qu’un salarié. Cependant, en dehors de cet exercice, il doit s’acquitter de nombreuses tâches administratives : organisation des rendez-vous, facturation, comptabilité, gestion des prescriptions ou encore traitement des déchets d’activité de soins. Travailler en libéral requiert beaucoup de rigueur et d’organisation.

Retrouvez toutes les offres d’emploi de la santé et du social sur Staffsante.fr et Staffsocial.fr.

Ces articles peuvent également vous intéresser