“Mon rôle est de faire de la prévention pour protéger son corps lors d’une naissance” Coralie, kinésithérapeute de la périnatalité

Faire de la kinésithérapie générale n’était pas vraiment fait pour Coralie… Alors elle décide de s’orienter vers ce qui l’épanouit pleinement : la périnatalité. Rencontre avec Coralie, alias @perinatandco sur instagram.

Pourriez-vous vous présenter et présenter votre parcours ?

Je m’appelle Coralie, j’ai 26 ans et je suis kinésithérapeute depuis un peu plus de 3 ans. Après mes études, j’ai commencé à travailler en libéral pour faire de la kinésithérapie générale mais je me suis vite rendue compte que ça ne me correspondait pas totalement. En réalisant mon mémoire, je me suis intéressée à l’impact des dysfonctionnements du périnée des femmes, durant leur grossesse et en post-partum, sur leur qualité de vie. Le sujet me passionnait et j’ai donc décidé de me former en rééducation périnéale. J’ai ensuite rejoint un cabinet dont la patientèle n’était que des femmes et des enfants pour des rééducations périnéales en majorité, et là je me suis éclatée !

Quelles sont les missions d’un·e kinésithérapeute de la périnatalité ?

La périnatalité, c’est tout ce qui entoure la naissance et l’enfant. En règle générale, les médecins nous prescrivent pour des lombalgies ou des troubles circulatoires durant la grossesse, mais nous travaillons sur la posture, la respiration. Nous faisons de l’activité physique adaptée ainsi que de la rééducation périnéale durant la grossesse si nécessaire. Nous avons également un rôle à jouer dans l’entretien de la mobilité et l’apprentissage de mouvements pour l’accouchement et le post partum. De manière générale, on a un rôle assez préventif et global en périnatalité ! Notamment sur la phase après l’accouchement, donner les bons gestes pour que la femme protège son corps en cicatrisation. Et en post partum , nous pouvons faire la rééducation périnéale et abdominale.

Comment travaillez-vous avec les autres professionnels de santé, notamment les sages-femmes ?

Notre métier ne remplace pas le rôle des sages-femmes, au contraire il est très complémentaire ! Nous partageons avec elles la rééducation périnéale mais nous faisons aussi la rééducation abdominale. Elles ont également un rôle plus global d’éducation à la parentalité.
Si elles ne peuvent pas prescrire une séance de kiné aux femmes qu’elles accompagnent, ce sont souvent elles qui nous recommandent. On travaille également beaucoup avec les gynécologues et les médecins traitants.

Pourquoi avoir créé un compte instagram dédié à la périnatalité ?

En discutant avec des patientes, des amies, je me suis rendue compte qu’il y avait un vrai sujet de prévention. Beaucoup me disait “j’aurais aimé le savoir avant” “pourquoi on ne nous le dit pas quand on est enceinte?“. J’ai donc eu envie de partager des informations sur comment protéger son corps pendant la grossesse et après l’accouchement, comment le rendre plus fort, éviter qu’il s’abîme et mieux cicatriser. La prévention est vraiment importante, elle évite les troubles musculo-squelettiques par la suite. Je suis persuadée que le savoir c’est le pouvoir.
Mon compte s’adresse principalement aux femmes, enceintes ou pas, mais aussi aux hommes qui cherchent des moyens pour soutenir leur femme en pré et post partum. Au niveau professionnel, Instagram m’a permis de rencontrer d’autres professionnels de santé présents sur ce réseau social, d’approfondir mes connaissances, notamment sur les compétences des sages-femmes, et découvrir de nouveaux livres et podcasts.

Maintenant, j’aimerais organiser des ateliers de prévention en physique, au-delà d’internet. J’ai envie de sortir un peu des cases de la kinésithérapie traditionnelle pour aller vers l’éducation à la périnatalité, dans le “prendre soin”.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

[Soigner son ventre en post-partum] . Durant la grossesse les organes ont été refoulés, la digestion souvent perturbée, les Abdominaux étirés et l’utérus a pris énormément de volume ! 🍉 . Alors ici je vous propose d’aider vos organes à retrouver leur place, drainer le ventre, l’utérus et le périnée par la respiration, activer les Abdominaux en douceur, éviter la constipation, et tout simplement vous faire du bien ! . Accompagner la cicatrisation des tissus, éviter le poids inutile de la constipation sur le périnée, vous détendre et reprendre connaissance avec votre corps de maman 💜. . À vous de vous soigner et de vous faire du bien !! Identifie une copine en post-partum qui aurait besoin de ces conseils 😘

Une publication partagée par Périnat’ & Co (@perinat_and_co) le

Découvrez @perinatandco en cliquant ici

Quelles sont les qualités nécessaires pour faire ce métier ?

Je dirais d’abord l’écoute et la bienveillance. Tout le monde n’a pas les mêmes clés au même moment, il faut en être conscient pour accompagner au mieux nos patients, sans tomber dans le jugement.
La volonté d’implication est également importante parce que l’on vit des moments joyeux mais aussi tristes avec nos patients, donc il faut vraiment être là pour la personne, sans avoir la tête ailleurs.
Et enfin il faut être curieux et avoir une capacité de remise en question parce que ça nous permet d’évoluer et de nous adapter.

Une rencontre qui vous a particulièrement marquée ?

Toutes les rencontres sont différentes et intéressantes. Je pense par exemple aux femmes qui m’ont dit qu’elles avaient vraiment peur d’accoucher, qu’elles n’y arriveraient pas. Et quand je vois que l’accouchement se passe bien et qu’elles sont finalement très contentes, c’est super gratifiant.
J’ai aussi une patiente qui a eu trois interruptions de grossesse et que j’ai accompagné dans sa dernière grossesse, “celle de l’espoir” comme elle disait. Elle est passée par tous les stades des émotions et quand elle a accouché de son bébé en bonne santé, c’était très fort.
Plus récemment, j’ai aussi accompagné une femme dans la perte de son enfant. C’est dans ces moments-là qu’il faut essayer de ranger sa blouse blanche et accompagner avec beaucoup de douceur et d’écoute.

Un conseil pour les futur·e·s kinés ?

S’écouter ! Quand je suis sortie de l’école, tout le monde m’orientait vers la kiné générale et en fait ce n’était pas fait pour moi. Quand quelque chose nous fait vibrer, qu’on est capable d’en parler pendant des heures, il faut foncer, s’informer et croire en soi. L’avenir de la santé et de la kiné, pour moi, ce sont de plus en plus de professionnels qui vont se spécialiser. Les sciences évoluent en permanence, donc c’est important d’avoir des soignants à l’aise dans des domaines très précis.

Des comptes de soignants à suivre sur Instagram ?

Il y a beaucoup de personnes inspirantes sur Instagram mais si je devais en citer que quelques-uns, je dirais @kineppp, @clea_kinepedia, @maitelakine, @julie.cant.kine, @physiomathildeelind, @kinescope33, @estellekine et @princesseperinee.

Ces articles peuvent également vous intéresser