64% des actifs hospitaliers craignent le burn-out

La Mutuelle Nationale des Hospitaliers dévoile les résultats de la deuxième édition de son Observatoire*, réalisé par l’Ifop. S’ils ne surprennent pas, les résultats sont éloquents : la santé des soignants est mise à rude épreuve.

Une incivilité grandissante

D’après l’étude, 91 % des actifs hospitaliers, 98 % des médecins et 89 % des étudiants en santé déclarent avoir fait l’expérience d’au moins une forme d’incivilité ou de violence, en tant que témoin ou victime. En première ligne face aux colères des uns et des autres, plus d’un actif hospitalier sur 4 a même déjà été victime de violences physiques.

Burn-out et perte de sens

Le risque de burn-out est la préoccupation principale des professionnels hospitaliers. 64 % des actifs hospitaliers le craignent, 63 % des médecins, 64 % des décideurs et 69 % des étudiants en santé contre 29 % du reste de la population française.

La perte de sens au travail arrive en second risque le plus craint dans le cadre de leur métier. 41 % des actifs hospitaliers, 39 % des médecins, 47 % des décideurs et 35 % des étudiants en santé l’ont mentionnée contre 16% des français actifs.

Un accompagnement nécessaire

En moyenne, les actifs hospitaliers ont été arrêtés 26,8 jours au cours des 12 derniers mois, soit 16 jours de plus que l’ensemble des Français en poste. Parmi les motifs d’arrêts de travail, on retrouve la contamination par la Covid-19, bien sûr, mais également des burn-out ou encore des troubles musculo-squelettiques.

Pour faire face à ces difficultés, 95 % des actifs hospitaliers, estiment avoir besoin d’au moins une aide. 83% citent une meilleure écoute, 64% une prévention pour les TMS (troubles musculo-squelettiques), 56% une prévention sur les troubles du sommeil et 50% une aide psychologique.

MÉTHODOLOGIE
L’enquête a été menée en octobre 2021 auprès de 4 000 professionnels de la santé et 1 000 Français :
Grand Public : 1 000 personnes, échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus
Actifs hospitaliers : 1 301 actifs hospitaliers issus des bases de contacts MNH
Médecins hospitaliers : 200 médecins généralistes et spécialistes, exerçant à l’hôpital ou en clinique exclusivement Décideurs hospitaliers : 75 décideurs hospitaliers issus des bases de contacts MNH
Étudiants en santé : 176 étudiants dans le domaine de la santé : 100 issus d’un panel spécifique + 76 issus des bases de contacts MNH
Retraités hospitaliers : 2 312 retraités hospitaliers issus des bases de contacts MNH

Pour en savoir plus :
“Le besoin d’accompagnement des soignants se confirme au vu de leur rude quotidien” – HOSPIMEDIA

 

* Observatoire de la santé MNH 2021 de la Mutuelle Nationale des Hospitaliers, réalisé par IFOP

Thèmes : étude

Ces articles peuvent également vous intéresser